Aller au contenu
onzerod

W-E La relève 6&7 octobre 2018- Les photos

Messages recommandés

Pfff ca avait l air vraiment trop nul

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez, c'est parti pour le pavé. Désolé pour le manque d'images, se référer au premier post pour en trouver quelques unes.

 

Samedi, 7h30 le réveil sonne pour moi. D'habitude je suis déjà réveillé depuis une bonne heure mais là, la crémaillère de la veille m'en a empêché, même si je l'ai abrégée. Pour une fois que je dormais bien... Il faut qu'en moins d'une heure je trouve, de quoi m'habiller, faire mon sac, déjeuner, faire la pression des pneus et le plein de la moto. Challenge. Ça pique les yeux la lumière dès le matin sans échauffement quand même… mais je parviens à remplir la mission dans les temps. J'arrive d'ailleurs au point de rendez-vous sous les applaudissement 🤴 (bah oui, 8h45 je suis encore à l'heure, j'avais marqué départ 9h, horloge suisse). Il ne manquera finalement que Will et malheureusement Alain au départ.

 

Il faut ensuite motiver les troupes pour un premier départ. Comme beaucoup de monde m'a répondu pour se porter volontaire pour l'ouverture d'un groupe, j'en improvise un : @melman34. Téléchargement express de OsmAnd et des cartes nécessaires au fonctionnement ainsi que du road du jour 1 depuis ici même (heureusement que j'étais organisé à la base) et départ avec quelques 20 minutes de retard (l'horlogerie suisse, c'est plus ce que c'était). C'était pas prévu mais on est resté dans les temps tout le long de la journée ensuite.

Bref, sur cette matinée, Yvan a suivi le road, semble-t-il avec application. Moi, pas. J'ai loupé l'intersection à la sortie d'Uzès pour rejoindre Saint-Quentin-La-Poterie mais je sais qu'un peu plus loin je peux rattraper de nouveau. Finalement, j'ai bien fait de louper l'intersection. La route, bien que gravillonneuse à souhait, est plutôt agréable. Si tant est que tu aies un trail aux suspension plutôt permissives (un Tiger XC par exemple). Je fini par rattraper Pont-Saint-Esprit pour la première pause. Ma connaissance des lieux nous permet d'éviter la cohue du marché. Yvan, connaissant moins et suivant le road (pas le choix hein) s'arrête au plus tôt au milieu du marché (oui parce que la fontaine en fait, c'est à peu près le milieu 😉) pourtant le point marqué "[KFE] Pont-Saint-Esprit" était au bon endroit ^^

 

Nous repartons chacun de notre côté avec notre groupe (dans la même direction quand même, faut pas déconner), on se reverra à midi (spoiler en fait, non). La suite est plutôt rectiligne jusqu'un peu avant Nyons. Quelques petits tours de ronds points pour éviter la ville, on perd personne, Alain n'est malheureusement pas là. Nous profitons des looonnngs virages à 80km/h qui suivent la rivière de L'Eygues. Je retrouve encore des sensations perdues, c'est plutôt bien ça ! Mais du coup il n'y a rapidement plus personne derrière moi ! 😂

Citation

Si tu n'as jamais fait ce morceau de route, je te le recommande. Si tu ne veux pas monter jusqu'à Die, tu peux continuer sur la D94 jusqu'à Verclause, où plutôt que de continuer sur cette route, tu prendras en face la D116 jusqu'à Orpierre. Superbe route. Enfin, je sais pas trop pour les paysages, il pleuvait la dernière fois que je l'ai prise. Et malgré les quelques gravillons que je ne voyais pas, je n'ai jamais roulé aussi fort sous la pluie qu'à ce moment là. 😂

J'essaierai de passer par là lors du rattrapage du jour 2 au printemps, oui, même s'il y a des gravillons.

 

Enfin bon, il faut maintenant remonter vers Remuzat pour le pic nic. Je sais que 5km plus loin, un point d'eau nous attend avec de quoi se garer, de quoi s'assoir et tutti quanti. Sauf que j'ai posé le point gps du pic nic à Remuzat. Et que cette fois-ci, malgré les explications orales (rapide, j'en conviens), Yvan choisi de suivre pile le road et de s'arrêter pile à mon point "[MIAM] Remuzat". Ils ont eu le café, nous avons eu la vue. On se rattrapera pour le café à Die.

 

Après cette pause méritée d'une petite heure, nous reprenons la route direction Saint-Nazaire-le-Désert. Personne ne le sait encore mais le plus difficile est à venir. On trace donc sur cette route jusqu'à Die. Le paysage a marqué beaucoup de rétines. J'ai eu peur de perdre du monde dans deux épingles à cause de la règle "si on t'attend pas, c'est que c'est tout droit". Il faudrait la modifier cette règle en "si on t'attend pas, c'est que c'est la même route". Voire "regarde dans tes rétros, si tu vois personne à un endroit potentiellement trompeur, attend le suivant". J'ai eu de la chance. Je disais donc : plein de petits virages (il m'en aura fallu deux pour ne plus avoir Jean-Marc dans le rétro d'ailleurs) 😅, quelques morceaux un peu plus technique pour cause d'adhérence incertaine, des sapins sur les bords, des moucherons en paquets, etc. Arrivés à Die, plein d'essence et re-pause détente. Certains se sont accordé l'aller-retour au col de Rousset, qui rallonge d'une heure le trajet. Je connaissais la suite du road noraml, j'ai fait l'impasse : j'ai un groupe à amener à destination en un seul morceau et je sais que juste avec ce qui arrive, la fin va m'être aussi un peu difficile. (le sport quand tu nous manques…)

 

Pas grand chose jusqu'à Glandage, dont le nom a fait sourire, puis le col de Grimone. Alors là. ALORS LÀ ! On a suivi la pluie. Ça n'a pas empêché d'apprécier grandement la route ! Quelques épingles, quelques voitures, quelques cailloux, j'espère de nouveau ne pas perdre du monde sur une épingle et quelques villages traversés (tu te rappelles, la phrase à propos des rétros ? C'est source de stress chez les derniers et si tu étais derniers, je suis sûr que tu aimerais bien qu'on ne te laisse pas loin derrière sans indication du chemin à suivre). Arrivé au col, on attend de reformer le groupe et on redescend puis un peu de ligne droite. Jusqu'à bifurquer sur la D994B, D48 et D21, que je n'avais pas testé et qui proposent une vue… Pfiou ! On s'est même pas arrêter pour la photo tu vois ! Pour te rassurer, on avait le soleil pile dans les yeux : bonjour le contre jour ! Par contre, ceux qui ont fait le crochet par le col de Rousset ont eu le couché de soleil à ce qu'il paraît.

Dernière ligne droite, on croise les gendarmes en contrôle (mais pas de vitesse) puis l'arrivée à Orpierre et 7km plus loin l'hôtel.

 

Accueil superbe, emplacement pour garer les motos à l'abri de la pluie (pour peu que tu ne sois pas trop sur le bord ou sous le trou dans le toit). Alain fini par nous rejoindre. Suivi de Will avec sa nouvelle moto récupérée de ce matin. Même si le road a été différent, ils ont également pu se régaler autant que faire c'eut put visiblement.

Repas génial, bonne bière (je viens de me rendre compte que j'ai oublié de leur prendre une bouteille), bonne ambiance. Couchés relativement tôt avec Yvan, on va ouvrir un club du troisième âge, bientôt ! 😉😘

 

La suite demain ! Ou plus tard… Bientôt quoi.

 

Toujours agaçant de ne pas pouvoir retranscrire ce qu'on vit. J'ai toujours l'impression qu'il en manque. Et si j'en rajoute, ça donne un truc interminable et chiant à lire dont je suis le seul à pouvoir comprendre tout le sens. M'enfin, si tu captes l'essentiel, il paraît que c'est déjà bien !

  • Like 9

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heureusement que je suis pas venu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super cr. On ressent bien le plaisir de rouler et le flip de l organisateur. 

C est vrai que le coucher fut très tôt... J étais le dernier. Menthe blanche la prochaine fois. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, grâce à toi j'ai pu un peu vivre cette première journée à laquelle ni ma banquière, ni mon concessionnaire ne souhaitaient que je participe... 

 

Vivement la suite !!

 

@Le prof Couchés tôt, en effet. Mais la journée avaient été bien remplie pour nous aussi, et je pense qu'il valait mieux passer vite à la suivante !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super C.R., j'ai eu l'impression de m'y retrouver une 2ème fois. Quand à l'hotel je tiens à souligner que pour une très rare fois, dans un hôtel, j'y ai superbement bien dormi.

Merci encore à toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, je n'ai encore jamais fait de CR, mais vu que je suis cité, je vais raconter le point de vue groupe 2 😉 (sans dupliquer le beau CR de @Flohw évidement)

 

 

Départ à la rache c'est vrai, malgré la bonne volonté et préparation de notre ami. J'avais prévu d'être au milieu de la troupe pour faire élastique en cas de dissolution des motards, mais la semaine est passée trop vite et ma préparation du road est [...] pour le coup, proche de zéro...


Par acquis de conscience, je note quelques directions sur mon GPS papier et là, catastrophe, ma carte de la région n'est plus en ma possession, suite à un prêt oublié... Et la veille pour le lendemain, il parait que c'est trop tard ! Bref je me dit tant pis on verra bien. L'impro c'est toujours le mieux !

 

Ha ben oui, ça commence bien, impro numéro 1 : téléchargement et tout et tout mais ça vous savez déjà !!

 

Allez on est là pour rouler, osef on verra bien alors c'est parti !!
Ah oui, faut noter pour ce qui ne me connaisse pas, première fois que j'utilise un GPS sur la moto, et encore c'est un téléphone et heureusement Xavier a un câble usb assez long pour le brancher à mon allume cigare. Finalement c'est un vrai travail de groupe cette relève 😉

 

Après un départ chaotique nous voilà sur la route, j'ai failli partir de l'autre coté pour aller sur Castries, mais je me dis qu'il faut être bon élève et suivre le tracé. Ça tombe bien, on récupère une moto qui avait de l'avance. Si j'avais coupé, y'en a un qui aurait loupé quelque chose parce que ce week-end prévoit d'être bien bien sympa.

On trace donc en direction de Uzès, et au moment d'une envie pressante sur le bas coté de la route on croise notre ouvreur habituel @LOLO1 qui a ouvert en grand (pour une fois qu'il n'a pas à me gérer il a du s'amuser LOL)
On repart tous ensemble, jusqu'à la pause café, parait qu'il y avait un point précis mais le old school que je suis avait retenu pause à Pont St Esprit, n'ayant pas vu le groupe suiveur nous devancer, j'ai pris la décision de nous arrêter au premier café accessible et visible pour pas qu'on se loupe. Petit coup de fils de Flo, ha ben oui vous avez du vous téléporter parce-que vous êtes devant sans nous avoir croisé.
Déjà installé on fait bande à part, café croissants (au passage merci c'était l'idéal ces petits croissants).


On repart (avec une personne en plus, un SMF -Sans Motards Fixes- aperçu sur la route et qui plus est bien sympathique) après explication de point de rassemblement pour le Miam histoire de voir un peu le second groupe.
Ha ben non c'est con, j'ai dû mal comprendre : " un peu après le pont sur la gauche, un parking avec des tables " au fait pile la description orale et pile sur le point GPS (ça y est j'ai compris comment ça marche). Ben non, c'est loupé je n'ai pas la dernière version du tracé fait que c'est pas le bon point de rendez-vous.
Tant pis on fera bande à part une seconde fois, petit pique nique sur la bonne humeur et une belle vue, rivière et aigles 🙂

Faut pas traîner l'autre groupe est reparti et doit théoriquement nous attendre à Die pour le café (cette fois on s'est synchronisé avec Flo, on devrait tous se retrouver).

 

On arrive dans les petites routes sinueuse de la drôme provencale, ha punaise que ça fait du bien. Des virolos à gogo et une allure bien rodée et tout le monde derrière, à croire que je ralenti le groupe ^^ (désolé, faut dire que de temps à autre lever les yeux de la route pour voir sur le coté ça vaut le coup !! Punaise bravo pour le road parce que ces routes assorties de ces paysages... C'est beau la France tout de même !

 

Vous n'allez pas le croire, mais après tous ces kilomètres, je n'ai pas encore fait faire de demi tour à mon petit groupe, je n'ai perdu personne (enfin je crois, je ne sais toujours pas combien nous étions dans la course) et surtout on retrouve les copains qui nous attendent au café (point GPS ??) Aucune idée mais on s'est trouvé.
Pendant cette ultime pause, la réflexion arrive dans la tête de mes compatriotes. Col du rousset ?? Google nous indiquera 28 minutes aller. Alors attend je calcule : le temps de se perdre, de trouver, de monter, de profiter du point de vue, de redescendre parce que faudrait pas que les pneus refroidissent, de récupérer ceux qui veulent faire du tourisme, ouai c'est jouable, au pire essayera de rouler à bon rythme pour arriver à l'hôtel dans les temps.

 

Feux !!


On se perd (c'est bon j'avais prévu on est à l'heure)
Début du col et là c'est le drame... des papy par dizaine sur des paquebots, impossible de doubler. Je décide de faire une pause pour me laisser le champ libre. Mais je suis le seul, mes camarades impatient se sont donné à priori un malin plaisir à faire les intérieurs et se tirer la bourre avec nos matelots.
De mon côté, je repars comme un calu sur un col super propre, roulant et impingleux à la fois, un col roulé comme on les aime quoi. Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas défoulé comme ça. Parait que la vue est belle aussi, mais à part en haut je n'ai pas vu grand chose, mon sds me racontera plus tard ^^
Une vue au sommet sublime, ça valait le coup de se faire cette spéciale. Et à étendre les copains tout le monde est du même avis et a la banane. Comme si un motard n'est jamais rassasié de la route 😄

 

Retour sur Die, on récupère les touristes et [...] voir résumé plus haut, on va pas se répéter [...]

 

Arrivée à l'hôtel, un petit coin agréable avec un bel extérieur (faudrait y retourner de jour et à températures plus chaudes pour profiter de la piscine). Nous partagerons encore un bon moment autour d'une bonne bière et une ambiance à son habitude.


Allez faut se coucher tôt (une relève c'est pas facile à apprendre surtout à l'improviste) Mais qu'est ce que c'est bon !

 

La suite ce sera pour plus tard, je n'avais pas prévu d'écrire tout ça et j'ai déjà dû perdre la plus part des lecteurs, désolé, on se rattrapera au jour 2 😉

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super ! Comme ça vous aurez de la lecture ce soir, je vous fait le J2 ans la soirée !

 

Note : à Die à la base il n'y avait que l'essence de prévue (au point GPS), la pause improvisée n'a pas été de trop ! 😉 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 bon bah puisque tout le monde s'y met, je vais moi aussi faire ma version du jour 1 😄

 nan, je déconne, il faut d'abord que je vois avec le prof pour pas  faire doublon 😂 

  • Like 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joli ce deuxième CR. Bravo les gars. Avec de jolis jeux de mots. On s organise Will. Tu commences. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien, jour 2, c'est parti !

 

Réveil 5h quelque chose pour moi, sans arriver à me rendormir et le lit en 180, c'est pas l'idéal quand tu dépasses de 7cm 😛 Will 1h plus tard environ. Heureusement qu'on avait mis le réveil à 7h30 ! Première mauvaise nouvelle, il pleut comme prévu… Mais je n'entend pas tomber, c'est que ça doit pas être si horrible. Je finis par rejoindre la salle pour le petit dej et je vois dehors comment ça se passe. Ça ne s'annonce pas très bien finalement. On m'a tanné hier pour décaler le départ, à quelle heure on partait, à quelle heure on mettait le réveil, à quelle heure je donnais le biberon… Après consultation des conseillers, je maintiens un départ à 9h (tu te rappelles de l'horloge suisse ?) Un petit groupe de résistants a décalé d'une heure son départ, pas sûr qu'ils y aient gagné, @katoche34 nous racontera peut être. Départ finalement "au plus tôt", j'aurai pas dû prononcer cette phrase, j'en vois déjà certain prendre leur temps, mais le décollage n'est retardé que de 30 minutes. C'est pas si mal 🙂Le monsieur et la madame de l'hôtel nous ont suggéré un road alternatif, qui finalement ne raccourcis ni ne rallonge pas vraiment par rapport à l'initial. On reste finalement sur le road initial, c'est plus facile pour tout le monde. Enfin, surtout pour Yvan. ^^

 

Bref, après cette longue mise en marche et difficile motivation des troupes (moi compris), le premier groupe mené par Yvan attaque le col. Le panneau indique virages dangereux sur 14km. Vue l'allure, ça devrait aller mais ça passe doucement. J'ai rapidement plus personne dans le rétro (le PR4, c'est pas si bien apparemment). Arrivé au col, il ne pleut plus. D'un coup. On voit même le Ventoux et on espère pouvoir finalement y monter ! Je ralenti fortement (30km/h) pour reformer le groupe et je finis par m'arrêter. Et m'inquiéter un peu : les derniers mettent du temps à arriver : Alain et Laly. (les rétros les gars ! on serait pas obligé si chacun regardait un peu derrière de temps en temps) Le premier prenait des photos, la seconde, son cerveau s'est malheureusement mis en mode panique et toute l'énergie prise au petit dej y est passée, le sous gonflage du pneu avant n'aidant pas. (je ré-insiste mets toi dans la situation où on t'abandonne sous la pluie 5km derrière en train de gélérer, juste le fait d'avoir quelqu'un devant est rassurant et tout le monde se fatigue beaucoup moins vite !) Nous ne trouverons pas de station avec possibilité de gonflage malgré la bonne volonté.

 

Nous continuons au sec et sur un goudron un peu mieux fait, tous les cerveaux se détendent un peu pour arrive jusqu'à Buis-les-Baronnies pour café réchauffage, course de midi et réévaluation de l'itinéraire. Le Ventoux s'est couvert pendant la descente, nous ne tenterons pas de nous cailler pour rien. On fait l'impasse sur la boucle et enchaînons vers Eygaliers, Brante et Sault. Je ne connaissais pas cette D75/D41, je recommande vivement ! J'ai pris temporairement la tête d'un groupe de 30 personnes, Yvan faisant effectuer son premier demi tour. Nous repartageons le groupe à une intersection. Arrivé à Sault, le carburant était prévu. Le point GPS n'est pas non plus pile sur l'itinéraire. Pour le coup, j'étais le seul au courant. La connaissance de lieux amène Laurent à prendre la tête vers la station plus bas, je n'ai pas eu le temps de reparamétrer le téléphone, je tente de remonter le groupe parce que c'est pas la bonne direction, en vain, mais la station plus basse est fermée. Je reprend la tête du groupe de 30 personnes pour retraverser la moitié de la ville dans l'autre sens. Ça a dû leur faire bizarre aux locaux ^^ (on met le demi tour sur le compte de Yvan hein 😉 ). On re-re-découpe le groupe comme il faut pour aller manger au plan d'eau à l'entrée des gorges-de-je-sais-plus-où, en dessous du Ventoux, un mélange des gorges de l'Ardèche, du Verdon peut être, et des environs de Combe Laval (Vercors), avis perso, selon les endroits. Je vois pas exactement où c'est mais j'ai en tête à quoi ça ressemble. Yvan, un peu moins, je repasse devant et finalement, on se retrouve au bon endroit pour manger ! Plus ou moins ensemble, une table de pic-nic pour 30 (plus les canards) semble ne pas suffire.

 

Rassasiés, nous avalons les 26km de gorges-de-je-ne-sais-toujours-plus-où relativement vite, il fallait faire attention aujourd'hui, il y a des parpaings au milieu de la route ! La pluie est là par intermittence ou alors, c'est du crachin. Porteur de lunettes, tu sais que si tu fermes la visière, tu as de la buée, si tu laisses ouvert, tu as des gouttes qui fouettent le visage. Du coup tu laisses toujours à moitié ouvert, comme ça tu as un peu des deux 😂. Arrivé au bout des gorges, j'attend mon groupe. Il n'y avait pas d'épingles, et si tu choisissais de te perdre, tu finis 100m plus bas, j'en ai profité. La pause café au bout de la rue avait l'air d'être attendue. Le pic-nic n'a pas suffit à combler l'énergie dépensée par Laly, elle finira la route seule, par l'autoroute. Finalement, moi aussi gérer un groupe de cette importance m'a mentalement fatigué ! Belle expérience ! 😎 À priori ça s'est vu ^^ C'était prévu peut être un peu plus tard mais ça a été quartier libre pour rentrer à partir de là.

 

À partir de là deux ou trois groupes se sont formés spontanément. Les moyen vaillants : autoroute direct. Les vaillants : la camargue. Les super vaillants : les baux de provence, la camargue et l'autoroute. Je ne pourrais vous raconter que le plus intéressant, faisant partie du troisième groupe avec Alain, Jean-Marc, Michel et Elisabeth, Franck et sa compagne (désolé pour le prénom…). C'est Allain qui ouvre, je reste sur mes gardes mais je sais pas où on va alors je débranche le machin qui me sert de cerveau, il paraît que quand on se perd, c'est cool. Je re-retrouve des sensations et des trucs que je faisais avant que j'avais perdus. C'est plutôt cool, il faut toujours que je me trouve une roue à accrocher pour me remettre au niveau d'ailleurs (avis aux volontaires). Frank, en CBR 500, son année de permis et donc ses 45,7ch et une passagère dotée d'un sac à dos arrive super bien à suivre malgré le rythme ! Plutôt surpris par la prestation. 🙂 Nous passons par Avignon, où le soleil nous tape sur la combi pluie depuis quelques kilomètres. Nous rattrapons quelques routes provençales pour arriver aux Baux. Avec ses falaises juste en face, son ciel bleu au dessus, sa température méridionale… La pluie de ce matin est déjà loin ! Arrêt au stand encore (finalement, ça n'a pas été un week-end moto, ça a été un week-end bouffe !). Certains sont petit joueur : perrier il me semble, d'autres se font plaisir : crêpe au sucre et citron, et il y a un couillon qui se fait méga plaisir : bananasplit (devine qui ! 😉) Après s'être bien rassasié, nous repartons pour la maison, par la camargue. Il n'y aura plus d'arrêt, on se salue de la main au rond point pour se dire à la prochaine !

 

Tout le monde est bien rentré, tout le monde a largement aimé ce week-end de relève, malgré la pluie du dimanche matin. J'en suis également très content ! 

 

 

Épilogue

Je n'étais pas tout à fait sûr que les routes soient si bien que ça. J'ai été plutôt surpris que cela plaise à tout le monde ! Finalement, le niveau a été plutôt équilibré avec des parties plus difficile, des parties plus reposantes et des pauses pour se faire péter le bide se requinquer quelques minutes.

Le road sur le téléphone, c'est pas mal, mais ça oblige à un peu trop baisser la tête pour voir où on va, il va falloir investir. Je penserai également à faire un truc encore plus précis avec les point de pic-nic pile au bon endroit, le détour par la case carburant pile au bon endroit. C'est trois fois rien mais si ça peut éviter un accrochage parce que quelqu'un s'est senti de bonne volonté en sortant de la file alors que quelqu'un arrive derrière pour prendre la tête… (pas de frayeur à ce niveau là)

Finalement, 350/360km par jour, ça se fait, j'vous l'avait dit ! 😉 Certains ont même rallongé la première journée !

En débutant de chantier, en me lançant dans cette organisation, en rentrant chez moi dimanche et encore aujourd'hui, je me pose quelques questions : dans quoi je me suis embarqué ?! Et l'an prochain, on va où ?! (en vrai, j'ai déjà quelques idées 😉@melman34, il faut qu'on se trouve un GPS pour l'an prochain !)

  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

He bien il n'y a rien d'autre à ajouter, le deuxième jour est complet, tout comme les demi-tours, ce qui nous fait des comptes ronds . (rond-point, pas mal hein ^^)

 

Pour la petite anecdote, ce col entre Orpierre et Laborel, restera laborieux jusqu'à la fin, mais quand même bien intéressant. Pourvu qu'on arrive à se le faire avec un vrai soleil et une route sèche, jamais 2 sans 3.

 

Estimez vous heureux, certain se souviendront d'un demi tour magistral dans ce col sur la neige (voire du verglas ^^) Ou encore d'un autre demi tour dans la boue, de quoi faire la moue avant notre petit plan d'eau, qui fini, si je ne suis pas accompagné, à l'eau 😂

 

A noté tout de même les fameuses gorges de la Nesque (@Flohw comment ne pas s'en rappeler !!! C'est comme le col de la Bonnette ou le Stevio et j'en passe...) Une route qui tient la route, par tout temps et qui reste un régal pour ceux qui aiment les virages (et les paysages, même si cette fois le Ventou n'était pas tellement visible. Tu me diras c'est peut-être mieux pour rester concentré et ainsi éviter ici et là les petits cailloux plus ou moins gros).

 

Le retour ce fera pour nous, accompagné de Xavier et Claude, par Avignon où nous retrouveront Bruno avant prendre l'autoroute en direction de la maison (Claude ayant cédé à la tentation de quelques virages supplémentaires nous quittera aussi vite que son ombre à Carpentra).

 

Un bon petit week-end à l'improrganisé (je vais faire breveter ce mot :-)) Merci Flo pour cette initiative et cette belle réussite !

 

Pour la prochaine, j'ai quelques idées également, on pourra éventuellement se concerter pour organiser le concerto. Pour ce qui est du GPS je vais avoir du mal, mais avec un peu de préparation je passerais à la version papier 2.0 ! Promi plus de demi-tour (j'écris les doigts croisés c'est pas facile...)

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, melman34 a dit :

A noté tout de même les fameuses gorges de la Nesque (@Flohw comment ne pas s'en rappeler !!! C'est comme le col de la Bonnette ou le Stevio et j'en passe...)

Que dis tu là malheureux ! Incomparable ! 😱

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Le prof a dit :

Ils sont tous superbes !

Voilà un qui a tout compris 😉

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

y'a même pas une photo ou j'ai une tronche normale 😂 PFFFF    déjà d'origine c'est pas terrible 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ben si... c'est justement ta tronche normale !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×